Contexte

Cette section aborde la notion de tiers-lieux dans le cadre des espaces de création et fabrication partagés via des exemples spécifiques. Des ressources générales sont répertoriés à la fin de la page.

Tiers-lieux

Émergence du concept

  • Traduction en français de "Third places".

C'est un concept développé par Ray Oldenburg, professeur de sociologie urbaine à la fin des années 80. Son appellation marque la démarcation entre le premier lieu, qui correspond à la maison et au second lieu, le travail.

Oldenburg identifie les tiers-lieux comme des lieux se situant en terrain neutre, au sein desquels les gens peuvent se rassembler, interagir et échanger. Pour lui les rues principales, les pubs, les cafés, etc sont autant d'espaces au cœur de la vitalité sociale.

Plus important encore, ces lieux sont essentiels car ils favorisent un rapport d'entraide et de respect. Leurs apports pour la société sont primordiaux dans la mesure où ils ont vocation à créer une équité sociale, un cadre pour des initiatives communautaires, une habitude de rassemblement public. Ils sont également bénéfiques en terme d'apport humain et peuvent offrir un soutien psychologique aux individus ou aux communautés.

Intérêt du concept dans le cadre des espaces de création et fabrication partagés

Ce qui nous intéresse dans ce concept est le fait qu'il offre un cadre intéressant pour analyser la culture des différents espaces de création et fabrication partagés.

En effet, ces derniers s'inscrivent complètement dans les caractéristiques du tiers-lieu. Contrairement aux cafés ou pubs, ils ont souvent une vocation non-commerciale centrée sur le partage et les besoins de la communauté.

Les espaces de créations et fabrication partagés sont divers mais partagent ces caractéristiques d'échanges, d'interaction, de partage de connaissances, d'entraide, etc abordés par Oldenburg. Ils favorisent l'émergence de nouvelles idées, de nouveaux projets, une certaine cohésion sociale.

Ces espaces sont également souvent ancrés dans une économie collaborative ou circulaire.

Tiers-lieux et institutions publiques

En bibliothèques

Si les bibliothèques ne figurent pas à proprement parler comme tiers-lieux dans les travaux de Ray Oldenburg, elles en possèdent pourtant bon nombre de caractéristiques.

Leur transformation progressive de ces dernières années en ont fait des lieux propices pour l'accueil d'espaces de création et fabrication partagés.

Accessibles gratuitement, locales, elles sont un endroit privilégié pour ce type d'espaces à condition de réfléchir aux différentes valeurs, approches, pratiques.

Ressources en français :

Présentation sur la bibliothèque comme tiers-lieu ludique.

Présentation sur l'incubation de fablab en bibliothèque.

Présentation sur la création d'une communauté numérique en bibliothèque.

Présentation avec beaucoup d'exemples de tiers-lieux et la place de la bibliothèque comme tiers-lieu dans la communauté.

Rapport complet sur les nouveaux usages possibles des Fab Lab, MédiaLab, makerspaces, etc au sein des institutions culturelles québécoises.

Ressources en anglais :

La liste des fablab et makerspaces en bibliothèques au Royaume-Unis. Certaines de ces bibliothèques publient également des ressources vraiment intéressantes à explorer.

Un projet de recherche action documenté aux États-Unis entre cinq bibliothèques ayant un makerspaces qui explore la question de l’après et de ce qui arrive dans les années qui suivent le lancement d’un tel espace. Des ressources en ligne sont accessible et sont partagées pour inclure d’autres bibliothèques dans cette réflexion.

Ressource particulièrement intéressante qui touche la question des Médialab et des ados (bibliothèque de Chicago).

Des cours de cuisine dans le foodlab d'une bibliothèque à Philadelphie.

Liste des espaces de fabrication en bibliothèque publique aux États-Unis.

En écoles

Document qui présente des moyens et recommendations pour mettre sur pied un espace de fabrication dans les écoles.

Le Fab Lab de l'Académie Ste-Thérèse est un espace de fabrication en milieu scolaire. Il offre des ateliers pour les élèves mais aussi pour le grand public.

En musées

Le musée Armand-Bombardier a son propre Fab Lab.

Le laboratoire du musée de la civilisation à Québec, le Mlab.

Pour aller plus loin

Ressources en ligne autour des tiers-lieux

Le wiki de Movilab, une ressource en source ouverte qui documente différentes actions locales (essentiellement en France) s'inscrivant dans la dynamique des tiers-lieux.

Références bibliographiques

  • Oldenburg, Ray (1989). The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Community Centers, Beauty Parlors, General Stores, Bars, Hangouts, and How They Get You Through the Day. New York: Paragon House. ISBN 978-1-55778-110-9. (Hardback)

  • Oldenburg, Ray (1991). The Great Good Place. New York: Marlowe & Company. ISBN 978-1-56924-681-8. (Paperback)

  • Oldenburg, Ray (2000). Celebrating the Third Place: Inspiring Stories about the "Great Good Places" at the Heart of Our Communities. New York: Marlowe & Company. ISBN 978-1-56924-612-2.

  • Black Alistair. « Socially controlled space or public sphere ‘third place’ ? Adult reading rooms in early British public libraries ». in : Koren, Marian, (dir.). Working for Five Star Libraries. International Perspectives on a century of public library library advocacy and development. -Den Haag : Vereiniging openbare bibliotheken / Biblion, 2008